Accueil
Politique
264
Editorial
8
Société
263
International
5
Economie
13
Sport
14
Santé
49
Education
47
Entreprise
4
Média
36
Religion
9
Nécrologie
2
Enseignement
6
Annonce
1
Culture
9
Justice
1
Politique
Editorial
Société
International
Economie
Sport
Santé
Education
Entreprise
Média
Religion
Nécrologie
Enseignement
Annonce
Culture
Justice
Economie La BAD veut promouvoir des solutions locales aux défis de la dette africaine
2024-06-17 23:19:10 555
Une vue de l'assistance

L’Institut africain de développement, organisation d’apprentissage du Groupe de la Banque africaine de développement, a lancé jeudi à Addis-Abeba l’African Debt Managers Initiative Network (ADMIN), un programme visant à apporter des solutions locales aux défis de la dette en Afrique.

 

Le lancement et le premier atelier d’apprentissage entre pairs ont eu lieu à Addis-Abeba, en Éthiopie, sur le thème : « Développer et approfondir les marchés de la dette intérieure en Afrique ».

Coulibaly Abdoulaye, directeur du Département de la gouvernance et des réformes économiques à la Banque africaine de développement, a indiqué que le réseau fournirait des solutions locales et sur mesure aux défis de la dette sur le continent. Il a ajouté que le réseau renforcerait également la capacité de gestion de la dette des fonctionnaires et des institutions africaines pour résoudre rapidement les problèmes d’endettement, rétablir la stabilité macroéconomique et soutenir une croissance inclusive, tout en promouvant le partage d’expériences entre les gestionnaires de la dette des pays membres.

Eric Ogunleye, directeur de l’Institut africain de développement, a souligné que les besoins de financement croissants pour le développement des infrastructures, la réduction de la pauvreté, l’atténuation du changement climatique et la lutte contre l’insécurité poussent les pays africains à emprunter davantage, augmentant leur vulnérabilité liée à la dette. Il a noté que cette vulnérabilité, combinée à une faible capacité de gestion de la dette, continue de dégrader les résultats macroéconomiques et d’entraver l’efficacité des réponses politiques aux chocs, exacerbant le surendettement.

Au 30 avril 2024, parmi les 38 pays africains pour lesquels des données d’évaluation de la viabilité de la dette sont disponibles, treize présentaient un risque élevé de surendettement et six étaient déjà en situation de surendettement. Une part plus importante de la dette africaine est due à des détenteurs d’obligations et à des créanciers extérieurs au Club de Paris, imposant un lourd fardeau du service de la dette, représentant en moyenne 18 % des recettes publiques.

Le développement d’un marché intérieur de la dette africaine a été identifié comme une solution pour des sources de financement moins coûteuses et plus stables pour répondre aux besoins de développement. Les discussions ont porté sur de solides cadres de gestion de la dette, le réseautage et l’apprentissage par les pairs pour soutenir le développement et l’approfondissement des marchés de la dette intérieure en Afrique afin de promouvoir la viabilité de la dette.

Johan Krynauw, ancien directeur de la gestion de la dette au Trésor national d’Afrique du Sud, a encouragé une collaboration accrue entre les pays africains pour partager les connaissances et se soutenir mutuellement sur les questions de gestion de la dette. Il a souligné que malgré les nombreuses initiatives extérieures, les problèmes de gestion de la dette et de finances publiques persistent, indiquant la nécessité de solutions locales.

Jean Yves Naka, directeur de la recherche et de la stratégie à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), a souligné l’importance des marchés domestiques pour atteindre les objectifs de développement tels que les Objectifs de développement durable des Nations unies et l’Agenda 2063 de l’Union africaine. Le développement du marché de la dette intérieure africaine est essentiel pour mieux gérer la situation.

La réunion a rassemblé des gestionnaires de la dette, des opérateurs de marchés de capitaux, des responsables de banques commerciales et des régulateurs, y compris des commissions de valeurs mobilières et de change et des banques centrales. Les participants ont discuté des moyens de développer et d’approfondir les marchés de la dette intérieure et ont présenté des enseignements pour les pays avec des marchés de la dette intérieure naissants ou inexistants afin de les développer ou de les approfondir.

Partager cet article sur:

  • Facebook
  • WhatsApp
  • Twitter
A propos de Bande Info

Le site www.bandeinfo.com utilise les cookies à fin d'améliorer votre navigation;
Etes-vous d'accord ?

HAUT